Réservée…

Aurelie11

Pourquoi vous ne me connaissez pas encore ?

Telle que vous me voyez je suis plutôt réservée, comme fille.

C’est vrai…

Mais, à l’intérieur, ça fulmine. Ya tout qui se bouscule dans ma tête… les idées, l’amour, les ambitions, les conneries, mes craintes, mes faiblesses, mes convictions, mes délires, mes projets… Je garde presque tout pour moi. Je crois même que quand je ris, ça résonne plus fort à l’intérieur de moi-même que devant vous. Difficile à croire quand on connaît mon rire 😏

Et si j’arrive à étaler ma vie devant votre écran c’est parce que je préfère le faire silencieusement. Voilà tout. C’est pour ça que vous en saurez toujours plus sur moi au travers de mes textes qu’en m’abordant dans la rue ou au milieu d’une foule qui m’impressionne peut-être un peu, à vrai dire.

Je garde presque tout dans ma tête… Tout, sauf mes chansons !

Je chante mes textes pour les partager avec vous, en chair et en os, et vous donner une bonne raison de sortir de temps en temps 🐒

Alors, pour ceux qui ne me connaissent pas encore ou pas très bien, de loin peut-être… C’est parce que vous n’avez pas encore écouté mes chansons 🙈😜 Et comme j’ai moi aussi envie de vous connaître je vous propose de venir me voir à mon concert le dimanche 2 octobre, ou lundi 24 octobre, au Réservoir, et de découvrir 5 de mes titres pour savoir qui se cache derrière cette petite plume que vous avez gentiment pris le temps de lire ici.

Donc oui, je suis réservée… Réservée pour la Scène au Réservoir… (Jeux de mots bidons)

J’ai hâte de vous rencontrer là-bas ❤️

Ps : Et pour ceux qui me connaissent déjà, vos places sont déjà réservées donc à vous de réserver cette date à présent 😜😘

 

 

KissKissBankBank Music Project

Une nouvelle collecte est lancée sur KissKissBankBank par Aurelie Laffont !

Cette fois-ci pour m’aider à réaliser mon premier clip

qui me permettra de lancer la promo de mon 1er EP,

fraîchement enregistré 🙂

IMG_2532

https://www.kisskissbankbank.com/clip-aurelie-laffont

Je suis Auteure-compositrice-interprète (pop française, chansons à texte) et je travaille depuis un moment sur la réalisation de plusieurs titres.

J’ai mis du temps à me lancer, car je voulais être sûre que mon projet soit mûr mais aussi avoir les fonds suffisants afin de produire ce que je souhaitais.

J’ai donc récemment enregistré mon 1er EP dans les studios de Vincent-Marie Bouvot (réalisateur de Zazie, Florent Pagny, Elsa et bien d’autres…), avec l’aide de mon Directeur Artistique, Thomas Cogny, grâce au soutien des internautes sur la plateforme de financement participatif, MyMajorCompany (plus de 6000€ collectés sur 3500€ demandés).

Aujourd’hui, j’ai une équipe professionnelle prête à m’aider à réaliser mon 1er clip afin de lancer ma carrière artistique et me faire connaître plus largement. Car comme vous le savez, internet est un très bon moyen de se faire connaître et encore plus au travers de vidéos visionnées encore et encore sur YouTube.

Ce clip me permettra également d’avoir de quoi contacter efficacement des producteurs intéressés par mes projets afin de continuer ma carrière artistique, avec le support d’une maison de production.

Alors, à présent je fais appel à vous pour soutenir mon projet sur la plateforme de KissKissBankBank (même système que MyMajorCompany).

Pour ceux qui ne connaissent pas encore mes chansons, cette collecte est un bon moyen de me découvrir car dès la première contribution (à partir de 5€), vous recevez un de mes titres en version MP3, à télécharger sur votre boîte mail.

J’en suis à présent à près de la moitié de la collecte à atteindre avant le 17 juin 2016.

Nous comptons tourner le clip cet été et avons grandement besoin de votre aide 🙂

A très bientôt,

Aurélie L

Aller au bout de ses désirs…

 

1539FC61091277411979220660224_13566a71f85.3.4

 

J’ai soif d’amour, de tendresse, de baisers, passionnés, délicats, de surprises, de romantisme, de compliments, de doux sourires, de regards profonds, de « je t’aime », de mots doux, de nuits blanches, de fous rires, de caresses, de séduction, de ballades en moto ou à pieds dans les rues de Paris, de longues discussions au café, de plats délicieux ai restaurant, du temps qui s’arrêtent pour se laisser porter par un coup de foudre trop intense pour accorder plus d’importance au monde extérieur. J’ai soif d’amour comme jamais.

Pourtant jusqu’ici je n’y croyais plus. J’avais essuyé trop d’échecs, à vouloir jouer l’héroïne d’hommes trop parfaits au cœur glacé, ou d’hommes trop perdus pour me suivre.

J’en voulais plus, j’avais eu ma dose, je faisais régime et me contentais simplement d’apprécier la beauté inévitable de certains hommes qui passaient sous mon nez pour draguer d’autres femmes (ou parfois des hommes). Je traçais mon chemin sans chercher à tenir la main de qui que ce soit, parce qu’à la longue, ça me ralentissait plus qu’autre chose.

Et puis 2016 est arrivé. Les nouvelles résolutions, les vœux, la réussite, l’amour, l’argent, tout ce qu’on pouvait me souhaiter ont débarqués dans ma tête : je voulais tout, tout de suite et ici.

J’ai donc fini par m’avouer que ma vie manquait un peu de piment, ou qu’il fallait peut-être que je ralentisse un peu dans mon quotidien de femme célibataire affairée. J’ai profité du nouvel an pour rire aux blagues d’un jeune homme que j’avais su faire rire, pour une fois. Et je me suis laissée aller au jeu de séduction qui s’offrait à moi. Plutôt sympa pour commencer l’année.

Cela ne m’a pas arrêtée pour autant d’avancer sur mes projets musicaux, et mon quotidien passionnant, puisque à vrai dire, nous étions tous les deux trop occupés pour se voir trop souvent, et j’étais bien rassurée de pouvoir garder mon emploi du temps de Ministre.  Et puis à la longue (quelques semaines m’ont suffit) je me suis rendue compte qu’il me manquait encore quelque chose… Oui, encore ce fameux piment. Si on avait chacun pas le temps pour se voir et s’envoyer des fleurs ou passer juste un bon moment ensemble c’est peut-être que juste nous n’en avions pas vraiment envie.

J’ai donc décidé, d’un commun accord, de mettre fin à cette relation qui ne menait peut-être nulle part, parce que je pensais que je valais mieux que ça. Le déclic je l’ai eu un jour, alors que j’écrivais une nouvelle chanson. Le titre : Mon coup de foudre à moi. Dans cette chanson je me suis amusée à décrire la scène, l’ambiance, le décor et le quotidien que je m’attendais à vivre dans un couple, et qui me manquait à vrai dire. Et c’est en écrivant que je me suis rendue compte que tout était possible. Qu’il existait quelque part. Qu’un jour je serai réellement satisfaite et que je saurai moi aussi satisfaire un homme à mon goût. Alors j’écrivais tout ce dont j’avais envie, moi. Qu’importe si cela paraissait improbable, même s’il fallait que le Prince Charmant débarque sur une Licorne Rose, pour m’emmener dans son Château à l’autre bout du monde, je me suis tout permis dans cette chanson. Bon, je vous rassure, je n’aspire pas à vivre dans un conte de fée donc mes propos n’iront pas jusque là pour cette chanson.  En revanche, j’aspire à vivre l’amour comme quelque chose de plaisant et non quelque chose de douteux, énervant, triste, ou inutile comme j’avais pu le vivre jusqu’à présent. Et pour cela il faut oser rêver, oser dire ce qu’on souhaite réellement et rester fidèle à ses souhaits qu’importe ce que d’autres vous diront. Si vous pensez que c’est la bonne chose à avoir, à faire et à être alors foncez. Et au pire vous vous rétamerez, mais au moins vous en tirerez vos propres leçons pour mieux avancer par la suite.

Parce que dans la vie, ma philosophie à moi, c’est qu’il faut se permettre de rêver ce qu’on veut vraiment. Et ensuite se donner tous les moyens pour y arriver. Et je parle d’amour dans cet article, mais c’est valable pour tout : le travail, le logement, les relations…etc. C’est essentiel pour être heureux au quotidien. Si tu ne sais pas ce que tu veux tu ne l’obtiens pas, tu obtiens le contraire, ou bien même pire, si tu ne sais pas reconnaître ce que tu veux vraiment, et un jour, la chose qui te conviendrait en fait parfaitement, arrive soudain dans ta vie, et tu la laisse filer sous ton nez. Nommer exactement ce qu’on souhaite avoir ça permet de savoir un minimum où on va, de s’éloigner le moins possible de la scène idéale qu’on souhaite vivre dans notre vie, qui est la nôtre, après tout ! Nommer où l’on va. Comme quand tu nommes ta destination quand tu pars de chez toi, et que tu trace un minimum ton itinéraire pour ne pas te perdre, rater ton train, ou passer par les quartiers douteux.

C’est comme ça que j’ai toujours vu les choses. Et à vrai dire je n’en démords pas depuis que je suis petite. Je me souviens de moi petite, assise à mon petit bureau (bureau de Ministre déjà à l’époque) en train de faire les plans de ma futur maison, d’écrire la description de mon homme idéal, ou d’écrire simplement ma liste au Père-Noël. Et ben, même si je suis encore loin de l’idéal, je sais que j’avance dans la bonne direction et j’y crois tous les jours un peu plus, parce que je me vois progresser dans mon itinéraire.

Et c’est ça qui me rend heureuse 🙂

C’est aussi pour ça que j’écris ces mots aujourd’hui, car j’estime qu’il est important de donner ses meilleurs conseils pour voir son entourage avancer vers un avenir plus glorieux, plus heureux, plus plaisant.

Tu veux une grande maison, un jardin, une grande famille, une manucure tous les 15 jours, un quartier plaisant, un sac Chanel, une voiture, un vélo, un scooter, un pays sans hiver, un boulot que tu aimes, des amis heureux autour de toi ? Très bien. Tout ce que tu voudras. Mais donnes toi les moyens d’y arriver maintenant. Oui parce que c’est bien beau de rêver mais pour vivre le rêve, tu dois accepter tous les enjeux et te bouger pour arriver au but. Et attention, tu n’as pas un temps infini. Si tu veux te voir concrétiser tout ça, c’est maintenant. Pas demain, pas quand tu seras grand, pas dans une vie futur, pas quand la chance te tombera dessus, peut-être un jour, mais tu sais ni quand, ni comment, ni pourquoi. C’est maintenant.

Prends un papier (ou plusieurs), un stylo (avec suffisamment d’encre) et écris tout ce que tu veux atteindre toi, dans ta vie. Poses-toi la question : « Comment je me vois dans 1 an, dans 10 ans, dans 20 ans, dans 50ans ? Ou même demain, le mois prochain, pour commencer ? Quelle avenir je me souhaite, à moi, ma famille, mes amis, mes enfants , l’environnement…etc. ». Bah oui. On a beau dire que pour être heureux il faut savoir profiter de l’instant présent (et c’est vrai aussi), si personne ne crée le futur, et ne l’imagine comme il pense qu’il devrait être pour lui, alors comment on peut prédire un seul instant présent qui soit heureux ? Ensuite poses-toi honnêtement la question de où tu en es dans ta vie actuelle. Est-ce que t’es heureux ? Qu’est-ce qui te rend heureux ? Qu’est-ce qui te rend malheureux ? Qu’est-ce que tu peux faire y remédier et pour te rapprocher d’une vie que tu apprécieras plus ?

Si tu veux être content de te réveiller demain matin, il te faut prévoir un minimum de choses pour te réveiller du bon pied. Est-ce que t’as encore du lait ? Est-ce que t’as payé ta dernière facture d’électricité pour pouvoir prendre une bonne douche chaude, ou simplement te faire griller tes tartines à savourer en écoutant les nouveaux tubes à la radio ? Est-ce que t’as mis ton réveil pour te lever à l’heure et arrêter de courir après le bus comme tous les matins ?

Voilà. Je te parle de toutes ces petites choses auxquelles on pense ou on pense pas, tous les jours, et qui font de demain ce que nous avons créé la veille. Alors après ces petites choses, il y aussi des choses plus importantes que tu fais au quotidien pour créer des moments futurs où tu seras heureux ou malheureux. Comme quand tu embrasse la mauvaise personne au mauvais moment, ou qu’au contraire tu décide de rester avec la personne qui va réellement t’aider dans la vie. Ou comme quand tu signe un contrat pour un boulot que tu n’as jamais aimé alors que tu pourrais gagner autant voire plus d’argent si tu te donnais la peine de chercher le boulot que tu aime.

Bon je ne dis pas que la vie est facile et qu’il suffit de décider ce qu’on veut pour l’avoir. Mais presque en fait 🙂 Parce que si tu suis réellement ce que tu veux et que tu gardes confiance en tes décisions, même si tu dois changer de chemin, en cours de route, parce que tu t’es trompé de sortie ou que tu dois changer les pneus pour mieux rouler, l’essentiel c’est d’arriver à destination. Et ça, jusqu’à preuve du contraire, c’est toi qui décide de où tu vas dans la vie. Même quand tu te mets à suivre le chemin d’une autre voiture parce que t’es perdu, bah c’est ta décision. Et si cette voiture là a décidé de suivre un chemin boueux, il ne tient qu’à toi de continuer à la suivre, ou de rebrousser chemin pour emprunter une voie plus fluide. Bref, je pense que t’as saisis l’idée 🙂

Alors surtout il te faudra quelques ingrédients : de la patience, du courage, de l’énergie, du jugement, de la connaissance, et ne pas baisser les bras. Voilà c’est déjà pas mal je pense. Après, c’est vraiment un état d’esprit. Une décision, et de l’intégrité pour ne pas de laisser abattre par quoi (ou qui) que ce soit.

A toi de jouer maintenant, attaches ta ceinture et je te souhaite bon voyage (en Licorne) !

Ps: A très vite pour te faire écouter « Mon coup de foudre à moi » et te faire rêver un peu plus !

Bises,

Aurélie L

 

 

Scènes ouvertes à Paris

Aujourd’hui j’ai envie de vous raconter un peu mes expériences de Scènes Ouvertes à Paris, mes coulisses à moi. Vous donner une idée de ce qui se passe dans ma tête avant, pendant et après mes passages sur scène et vous donner des idées d’endroits où vous pourriez vous rendre aussi en tant que chanteur, musicien ou simplement spectateur ! 🙂

Bon, je ne suis pas encore une pro de la scène… Jusqu’ici j’ai tout fait pour l’éviter parce qu’à vrai dire je flippais un peu… Alors je me contentais de chanter sous ma douche, dans mon 20m2 face à ma fenêtre ou mes murs blancs, devant mes profs de guitare ou de chant, en home-studio pour enregistrer mes maquettes, et parfois devant mes amis quand l’occasion se présentait et que je disais « F**k » au trac…

Aujourd’hui j’ai compris qu’il était temps pour moi de me dévoiler au grand public. J’utilise le mot dévoiler parce que c’est vrai qu’on a l’impression de se mettre à nu d’un coup, quand on passe sur scène. Il n’y a plus aucun artifice, aucune réplique sociale, aucun mot caché, tout est dit. Tout ce que tu as osé écrire pour en faire cette chanson que tu t’apprêtes à déballer à tout le monde, est sur le point de sortir de ta tête, de ta bulle. Tu partages réellement ton point de vue, sans te soucier de ce que vont dire les autres (ou plutôt des gens qui critiqueront, quoi qu’il arrive) et tu te lances ! Tu n’as plus le choix, l’organisateur a annoncé ton entrée sur scène et les gens t’attendent.

Cela fait des semaines ou quelques jours que tu te prépares, tu as la boule au ventre chaque fois que tu y penses et t’efforce de ne pas imaginer les pires scénarios qui pourraient t’arriver le jour j. Quels scénarios ? Allez je vais vous en donner quelques uns juste pour le fun 😛

  • Scénario numéro 1 : Tu es sur la scène, tout le monde t’applaudit, tu t’installe sur ta chaise, ta guitare à la main, et tu dis bonsoir poliment. Tu souris à la foule dans le noir en t’adressant aux quelques sourires que tu arrives à percevoir tant bien que mal. Tu poses tes doigts délicatement sur les cases de ta guitare pour t’assurer de ne pas te tromper d’accord (le premier c’est le plus important) et tu grattes enfin les cordes mais là tu te rends compte que tout le monde fait un bon en arrière. Beurk ! Ta guitare n’est pas accordée.
  • Scénario numéro 2 : Tu te plante sur les accords
  • Scénario numéro 3 : Tu chante une fausse note (celle qui dure longtemps là, en fin de chanson, tu sais celle qui casse les oreilles…)
  • Scénario numéro 4 : Tu tombe en arrivant sur scène, ou pire tu bouscule quelqu’un sans t’en rendre compte
  • Scénario numéro 5 : Tu oublies tes paroles
  • Scénario numéro 6 : Ton portable se met à sonner, et non ce n’est pas un coup de fil genre où tu peux te la péter en décrochant en mode « Ouais, attends je peux pas te parler là je suis sur scène 😉 » Nan. C’est ton alarme. Un simple rappel pour te dire de prendre ta pilule, pauvre idiote.
  • Scénario numéro 7 : Tu penses avoir éteint cette f***ing alarme mais tu as appuyé sur « Rappel d’alarme » –‘
  • Scénario numéro 8 : Quelqu’un s’étouffe en plein milieu de ta chanson et tu crois qu’il se fout de ta gueule alors qu’il est bel et bien en train de mourir
  • Scénario numéro 9 :  Tu as le hoquet juste avant d’entrer sur scène
  • Scénario numéro 10 : Tes jambes se mettent à trembler, tu n’es plus en rythme, tes lèvres et ta voix se mettent aussi à trembler et tu n’as plus de souffle
  • Scénario numéro 11 : Tu te sens rougir et transpirer sous les projecteurs
  • Scénario numéro 12 : Tu tombes malade le jour même, genre gros rhume, nez qui coule et voix enrouée… Mais tu décides d’aller chanter quand même (bah oui, bien sûr, t’es une rebelle.)
  • Scénario numéro 13 : On te dit d’arrêter de chanter en plein milieu parce que ta chanson est trop longue/ennuyante/mal écrite/mal chantée
  • Scénario numéro 14 : Il n’y a pas de spectateur le jour j et tu t’es fait tous ces scénarios pour rien !!
  • Scénario numéro 15 : Le retour des terroristes dans TA salle de spectacle, ce soir là précisément

Bon voilà, je crois que j’ai fait le tour là…

Non, sans rire, tu peux vraiment t’imaginer les pires choses alors qu’en vrai quand tu arrives sur scène et que tu commences à chanter, ça y est, tout s’en va. Le trac, les tracas et tout ce qui va avec. Tout s’envole pour te laisser t’échapper de ta bulle un instant et inviter tout le monde à plonger dans ton univers le temps d’une chanson ou deux.

Ces derniers temps je suis donc allée faire un tour du côté de Pernety, quartier sud de Paris que je n’avais pas l’habitude de côtoyer jusqu’à présent.

12400912_10207889281811319_4445939148054760858_n

J’ai fait l’Entrepôt. Une très bonne ambiance la salle et la scène sont assez spacieuses ! Le barman est sympa, le décor aussi, il y a un piano, des micros, des spectateurs, de quoi vous asseoir et passer un bon moment, sur scène ou dans la salle.

L’organisateur prenait soin de présenter chaque artiste et de les encourager et à la fin il a même fait passer le chapeau (oui j’aime l’argent, surtout quand ça va dans ma collecte pour créer mon 1er EP 😛 ). Vraiment un très bon souvenir, d’autant que j’avais un trac monstrueux avant d’entrer sur scène et que j’ai finalement été très à l’aise face à mon public chaleureux et très à l’écoute. A refaire donc !

image

 

Hier soir, sous les conseils d’un autre artiste présent à l’Entrepôt, je suis allée me produire Au Magique, quelques rues plus loin. Une toute petite salle dans une cave d’un petit bar, où les habitués semblent se retrouver là depuis 20 ans. Rien à voir avec L’Entrepôt mais c’est une expérience que j’avais envie de partager avec vous.

Le vieillard qui vous accueille a plus de caractère que n’importe quel homme sur cette planète. Ne cherchez pas à le contrarier surtout, car vous êtes, ici, chez lui. Le piano qui trône dans cette petite salle de spectacles prend plus de place que l’ensemble des spectateurs et est encore plus âgé que n’importe quel participant (déjà 100 ans mais toujours aussi vivant, croyez moi).  Les artistes qui osent se présenter sous les petits projecteurs, vous racontent des histoires que tous semblent connaître déjà depuis 20 ans. Des compositions et des textes à la française. Des jeux de mots, des interprétations théâtrales et des guitares en veux-tu en voilà.

IMG_0604

Le temps nous est compté et c’est ce qui rend cette scène encore plus folle. Pas le temps de saluer le public, ni même de raconter d’où tu viens et de faire ta promo. Il y a trop d’artistes qui veulent jouer ce soir. Mais alors comment conquérir son public en une chanson ? Eh bien ! Il en faut du talent !

Je crois que l’artiste qui m’a le plus marquée c’est Fanfan. Une vieille dame, vêtue de couleur, des pieds à la tête, un verre de rouge à la main. Elle chante à cappella, et soudain elle oublie son texte. Embarrassée, elle nous confie qu’elle a peut-être bu un verre de trop. Elle enchaîne alors avec une autre chanson et nous transporte dans son univers un peu fleurit où il y fait bon de s’endormir et s’apaiser un instant.

Pour ma part j’ai décidé d’interpréter Les Défauts, une petite chanson dédier aux femmes et à mes sœurs, qui pointent parfois du doigt leurs défauts pour être un peu rassurer à vrai dire… Une petite chanson que j’ai chanté pour la toute première fois en public, avec plaisir, ce soir là 🙂

C’est une ambiance de proximité, si je puis dire. On se croirait chez Papy. Et le vieux Paris se trouve juste ici. A Pernety.

Allez, un petit extrait de cette première pour moi Au Magique 😉

A très bientôt !

Aurélie

Video Aurelie Laffont sur Instagram