Quotidien

Bienvenue dans ma vie parisienne…

photo

Ici, vous trouverez certaines de mes citations favorites, mes humeurs au quotidien, messages personnels, mes questions, mes convictions, mes conseils, mes sorties, mes rencontres…etc.

Bref, je vous déballe ma vie comme je viderai mon sac (de fille) au grand public… Bonne découverte !

Aurélie Laffont – La Brune

Les Sentiments 

10968489_10205353835826754_3463754770963951985_n

Vous avez ce sentiment où vous voulez parfois tout fuir, ce sentiment même que vous voudriez fuir aussi. Et c’est à ce moment que vous vous imaginez courir sur une longue route déserte qui ne mène nulle part jusqu’à temps que vous vous remettiez un peu de vos émotions.

Courir, marcher, courir encore, juste comme ça sans raison, sauter, danser des pas qui n’ont aucun sens pour d’autres mais expriment pourtant tout ce que vous ressentez à ce moment là. Prendre le temps de pleurer, crier, rire, gémir, soupirer, grogner, serrer les points, bailler la bouche grande ouverte, et sourire à vous écarter les dents, sans gêner qui que ce soit en retour.

Fermer les yeux, oublier vos tracas, vos malheurs, vos erreurs, vos regrets, votre dégoût, votre haine ou votre tristesse. Admirer l’instant présent pour mieux savourer d’autres aspects de la vie peut être un peu moins douloureux. C’est tout ce que vous voulez à ce moment précis pour goûter à nouveau au bonheur laissé tombé quelques minutes, quelques heures (ou plus) auparavant, dans un problème qui se dressait contre vous, comme un mur insurmontable.

Et au milieu de cette course après le bonheur, vous vous arrêtez un instant, vous vous asseyez par terre, et contemplez la route, le ciel, le paysage dans toute sa plénitude, sa beauté imposante et son silence pesant pour vous rendre compte que vos sentiments ne sont pas palpables non plus et s’envolent aussi tôt que vous les laissez tomber. Juste avant ça ils étaient pourtant bien là, prêts à exploser comme s’ils étaient une énorme bombe atomique pouvant créer les pires ravages de tout les temps tout autour de vous, et finalement ils s’en vont, ils s’envolent, ils sont vains dès le moment où vous mettez la main dessus.

Rien de ce que vous ressentiez n’a plus d’importance quand cette même importance, cette même énergie est accordée soudain à quelque chose de plus agréable dans votre vie. Vos sentiments les plus vrais sont ceux que vous entretenez au quotidien. Ceux que vous voulez garder. Les sentiments sont l’essence même de la création d’un être-humain. Vos émotions sont votre plus grande arme, votre plus grande puissance contre vous même, les autres, la vie, les problèmes. Reste à savoir comment les utiliser.

Vous les tenez entre vos mains et devriez les utiliser avec tact, assurance et surtout avec art pour en faire un quotidien plaisant, et ce dans chaque aspect de votre vie. Et ça s’apprend en prenant du recul sur chaque chose qui vous dépasse un peu parfois.

Prenez le temps de contempler l’instant présent et de réfléchir à l’émotion la plus adaptée pour ce moment. C’est tout un art que l’Homme ne maîtrise encore que trop peu. Les acteurs et les artistes sont très bons pour cela. Mais combien de temps répètent ils  chaque jour pour avoir l’émotion juste, et envoyer la bonne réplique au bon moment ?

Prenez garde à votre scénario général, avant d’hâter vos émotions, vos paroles, vos décisions. Soyez certain du chemin que vous voulez prendre et assumez le jusqu’à votre but ultime. Parce que la vie se crée chaque instant et tout dépend de l’énergie que vous mettez à quel moment, quel endroit et dans quel but pour en faire votre œuvre d’art.

Ne perdez pas de temps avec les émotions négatives. Continuez à créer des choses agréables pour vous et pour les autres. La vie sera plus sympa et plus fluide et vous cesserez peut-être de la fuir 😉

 

Aurélie Laffont – La Brune

Pourquoi porter des talons ?

maylis

Une femme se doit de se montrer élégante, belle et souriante. Et il a fallu que quelqu’un invente les talons. Cet objet qui a l’apparence de grandeur, de beauté et qui représente la femme dans toute sa splendeur, n’est pas véritablement ce que l’on croit…. Une femme prétend pouvoir marcher avec ses talons sans aucun mal, parce qu’elle ne sent plus ses pieds voilà tout. Porter des talons, c’est comme apprendre à nouveau à marcher, mais sans tes pieds. Au début, il faut être honnête, tu as l’air conne. Tu ne marche pas droit, tu te foule la cheville, tu ne cours pas, bien que tu sois en retard, tu te coince tes talons trop fins dans les grilles qui t’attendent à chaque coin de rues parisiennes, tu fais trop de bruit, tu te déhanches un peu trop, ou bien tu marche comme un piquet, tu fais de trop grands pas, et tu souffres, en silence, tu déteste les gens qui s’assoient dans le métro, et tu déteste attendre le métro d’ailleurs. Bref. Marcher en talons n’est pas ton truc, et pourtant tu es bien une femme. Donc tu décide de les bannir de ton placard et tu t’abonne au style casual, et masculin qui fait la mode de notre époque. Tu es bien dans tes baskets, la vie est belle, tu cours, tu sautes, tu souris à la vie… Et un jour, badaboum tu deviens Hôtesse d’accueil. Escarpins obligatoires. Là, tu dois redevenir une femme, une vraie, comme les hommes l’entendent. Une femme est quelqu’un qui souffre pour être belle, je crois. Regardez bien la définition dans le dictionnaire, je crois que je ne me trompe pas. Alors, chaque fois que je dois aller chercher le courrier à la boite aux lettres, et que je dois traverser la cour, pleine de graviers, vraiment je me pose la question de qui a bien pu inventer ce truc inutile…

Voici ce qui se passe dans ma tête chaque jour : Les Talons

Les Droits de l’Homme, avec un grand H

EleanorRooseveltHumanRights(Vous pouvez abréger cet article en passant directement au septième paragraphe… Bonne lecture 😉 )

Aujourd’hui j’aimerais aborder un sujet un peu plus profond et à la fois qui respecte tout à fait le thème de cette rubrique « Quotidien », puisqu’il s’agit des Droits de l’Homme qui devraient être appliqués librement pour TOUS sans exception, dans le monde entier et TOUS les jours.

Oui, il se trouve que je n’ai pas créé ce blog simplement pour parler de moi et des mes créations, parce que c’est bien beau tout ça, mais dans ce monde, tout le monde ne peut avoir accès à la mode, au cinéma, ou à toutes sortes de jolies choses créées, car cela dépassent leur préoccupation première… Tel qu’un toit, un mariage véritable, leur éducation, ou le simple fait de s’exprimer parfois…

Il m’arrive de me dire que même s’il est important de créer en tant qu’artiste pour inspirer les gens, il faut aussi intervenir à un niveau plus bas afin d’élever les autres êtres spirituellement afin qu’ils puissent eux aussi ouvrir les yeux sur un monde plus beau, et prendre goût aux créations artistiques. Qu’en pensez-vous ? Sinon, il n’y aura plus de monde à qui offrir son Art. Car c’est triste, mais le simple fait de pouvoir choisir un morceau à écouter le soir en rentrant chez soi, dans le métro, pourrait être un luxe pour bien des gens dans ce monde.

Petite, je ne comprenais pas véritablement ce qu’étaient les Droits de l’Homme. Je pensais que c’était simplement un long papier avec des mots très compliqués pour dire au peuple qu’ils avaient le droit de faire ça ou ça et que grâce à ça on était enfin libre. Ces droits que même vous pensez avoir à tout moment, et auquel vous ne pensez même plus, tellement ils font partie de votre quotidien… Du moins, je l’espère pour vous…  Car plus tard j’ai découvert des spots qui expliquaient chacun de mes droits, avec un vocabulaire et des exemples très claires, qui se rapportaient à un livret nommé « Des Jeunes pour les Droits de l’Homme ». Ce livret faisait enfin de chaque droit, des droits inaliénables et indissociable à l’Homme. J’ai alors compris que j’étais déjà très chanceuse de les connaître afin que personne ne puisse me les enlever, mais que je serai véritablement libre dans ce monde, si je permettais à d’autres de les connaître.

A partir de ce moment là j’ai décidé de me joindre à cette association « Les Jeunes pour les Droits de l’Homme » afin de promouvoir les Droits de l’Homme à grande échelle et surtout de façon claire. Inspirée par ce que j’avais vu, j’ai eu envie de les promouvoir également en tant qu’artiste. J’ai donc décidé d’écrire un texte en proses, qui reflète ma vision des Droits de l’Homme, et que je mettrai un jour en chanson afin de générer un plus grand impact.

D’ailleurs si ce projet vous intéresse et que vous voulez m’aider à le réaliser d’une quelconque façon, n’hésitez pas à me faire signe ! 🙂

En attendant je vous laisse avec mon texte que vous pouvez liker, commenter, partager autant que vous le voulez !

Libre de Droits :

1er couplet:
Libre de vivre la musique
Sur du rock ou du classique
Libre pour un p’tit dej’ au lit
Ou autour d’une table en famille
Libre d’être ou ne pas être
Libre de les envoyer paitre
Libre de dire aussi oui
Vivre selon mes envies
Libre de dévorer des livres
Libre qu’un ami vous délivre
A Panam’, Abidjan, Manhattan ou en Taïwan

Refrain
Alors chez moi, a l’école, chez le voisin
Même au boulot, dans la rue , chez le médecin
Dans le métro, en voyage et même plus loin.
Nous sommes tous des êtres humains
Même si chacun son chemin
Nos droits sont tous entre nos mains
De l’Europe a l’Amérique
De l’Asie jusqu’en Afrique
Les droits de l’Homme sont identiques

2eme couplet:
Libre de dire ce que je pense
Libre de mes propres croyances
Libre de croire en Peter Pan
En l’insouciance de nos enfants
Libre de garder mes secrets
Libre d’émettre mes idées
Sur papier, sur scène ou au café
Libre de n’jamais travailler
Parce que je suis une passionnée
Libre de bosser le jour, la nuit
Parce que jamais je n’m’ennuie.
A Panam’, Abidjan, Manhattan ou en Taïwan

Refrain

Alors chez moi, a l’école, chez le voisin
Même au boulot, dans la rue , chez le médecin
Dans le métro, en voyage et même plus loin.
Nous sommes tous des êtres humains
Même si chacun son chemin
Nos droits sont tous entre nos mains
De l’Europe a l’Amérique
De l’Asie jusqu’en Afrique
Les droits de l’Homme sont identiques

3eme couplet:
Libre de verser des larmes
Parce qu’un sourire vous désarme
Qu’un changement vous contrarie
Ou que vous ayez trop rit
Libre de bouger, sauter, crier
Sans jamais être arrêté
Libre de toutes les émotions
Libre de toutes les sensations
Qu’on puisse sortir de notre tête
Sans qu’un autre nous étiquette
A Panam’, Abidjan, Manhattan ou en Taïwan

Refrain

Alors chez moi, a l’école, chez le voisin
Même au boulot, dans la rue , chez le médecin
Dans le métro, en voyage et même plus loin.
Nous sommes tous des êtres humains
Même si chacun son chemin
Nos droits sont tous entre nos mains
De l’Europe a l’Amérique
De l’Asie jusqu’en Afrique
Les droits de l’Homme sont identiques

FIN

Par Aurélie Laffont – La Brune

Driiiiing ! C’est la Rentrée !

rentree-scolaire- binome

Septembre, quel mot dégoutant. C’est la Rentrée et cela me rappelle certains souvenirs d’antan… Et oui le temps passe vite, les feuilles, la pluie et le moral tombent déjà… L’automne nous prévient de son arrivée, pour nous rappeler de revoir un peu notre garde-robe et laisser les sandales au placard.

Comme chaque rentrée, on prépare son cartable (ou celui de ses enfants) en s’assurant de rien oublier. Et pourtant on oublie toujours quelque chose, et si ce n’est pas le cas, on se demande ce qu’il aurait manqué à notre enfant pour qu’il revienne de l’école avec un moral au plafond (et pas seulement parce qu’enfin vous venez le libérer à la sortie de l’école, un pain au chocolat à la main). Alors j’ai décidé de faire la liste exhaustive de ce qu’aurait réellement voulut emporter votre enfant à l’école, ou ne surtout pas avoir, pour profiter pleinement de sa journée et revenir avec un tas de choses à vous raconter. (Attention ! Ces idées sont purement personnelles et se basent sur mes propres expériences de quand j’étais môme) :

  • des vêtements qu’il aime porter (oui même s’il s’agit de mettre une  jupe verte par dessus son pantalon rose, et des chaussettes imprimée avec la tête de la Reine des Neiges)
  • un sac à dos qu’il aime porter (léger de préférence, voire vide, et avec une petite puce électronique accrochée de façon à le retrouver dans la cour)
  • pas la peine de lui donner des idées de jeux pour la récré, donnez lui simplement un bout de bois et un caillou, il trouvera par lui-même tout pleins de jeux à inventer grâce à ça.
  • pas la peine de lui donner des noms de copains avec qui il peut jouer, il ne retient pas les prénoms et il change de copains tous les jours.
  • une boîte à bisous pour qu’il s’en serve dès qu’il pense à vous.
  • une trousse complète (parce qu’il déteste devoir demander à ses copains)
  • pas de veste (il aura trop chaud à force de courir un peu partout et ne sera pas quoi en faire, ou pire la perdra)
  • ne mettez pas de gâteaux, il déteste les retrouver en miettes et finira par les jeter, à peine ouvert.
  • Pas de Kinder Bueno, non plus car il déteste se faire taxer un carré, ou deux, ou pire sa deuxième barre (s’il ne sait pas encore dire Nan) ou passera pour un radin s’il mange tout, sans partager (s’il sait déjà dire Nan)
  • pas de téléphone portable car il aurait peur de se le faire voler toute la journée, et se le fera voler quoiqu’il arrive.
  • votre signature sur les mots demandés par la maîtresse, en temps voulu, sinon il vous en voudra toute sa vie
  • et dernière chose (la plus importante) : un but intéressant au fait d’aller à l’école, avant de s’y rendre. Comme le fait que quand il aura appris à compter il pourra compter le nombre d’étoiles qu’il y a dans le ciel. Ou quand il saura lire, il pourra vous lire une histoire avant de s’endormir. Ou quand il saura écrire il pourra écrire sa liste au Père Noël, et mettre tout ce qu’il veut dessus… Des choses utiles pour lui quoi…

Bonne rentrée à tous !

Aurelie Laffont – La Brune

Une soirée avec Aurelie Laffont…

11371124_1705812672974041_36322421_n

11 caractéristiques qui font d’Aurelie Laffont un personnage hors du commun par son extrême banalité, en soirée :

  • Elle ne met pas de talon…Elle en a déjà marre de devoir se pencher pour faire la bise, et si elle en met c’est pour rester assise toute la soirée, pour reposer ses pieds et ne jamais avoir à se baisser pour dire bonjour/au revoir.
  • Elle demande une limonade au barman ou un Virgin Mojito selon l’humeur (sans alcool ou sans elle, oui, la fête est plus folle).
  • Elle écoute tout le monde attentivement et parle seulement quand on l’interroge (comme à l’école).
  • Elle murmure des chansons qu’elle seule entend, quand elle s’ennuie, même quand la musique du DJ est trop forte.
  • Quand le sucre de la limonade a enfin fait effet dans son sang, et quand il y a suffisamment d’espace sur la piste pour qu’elle oublie le monde autour d’elle, elle danse, sans jamais laisser la place ni le temps à aucun homme de la toucher.
  • Elle ne met jamais ses lunettes parce qu’elle trouve que ça encombre son visage.
  • De ce fait, elle ne perd pas de temps à mater les beaux gosses qu’elle ne voit pas de loin et encore moins de près.
  • Quand elle sort, ce n’est pas pour fumer mais plutôt parce qu’il est l’heure pour elle de partir.
  • Elle rentre, seule, chez elle, en métro, sa musique aux oreilles, en chantant ses morceaux favoris qu’elle connaît par cœur.
  • Et une fois arrivée, elle allume la radio, chante sous la douche, sort sa guitare ou bien garde ses écouteurs pour s’endormir si sa soirée l’a trop épuisée.
  • Finalement, elle s’endort juste un peu après minuit, quand elle a la chance de ne pas faire d’insomnie à cause d’un moustique qui vient siffler dans ses oreilles, d’une inspiration soudaine de mots ou de mélodies sorties de nulle part, ou bien le va et vient d’un voisin qui fait souffler (ou crier) sa femme, un peu trop fort, cette nuit-là.

Bref, une soirée ordinaire pour Aurélie Laffont…

Bonne semaine à tous ! 🙂

 

Coco Chanel, ou comment cette femme m’inspire au quotidien…

156322coco_chanel_0021(attention : cet article est un peu long. Âme flemmarde ou fatiguée, s’abstenir.)

Nous sommes en 2015, année où la gloire se compte par l’argent cumulé sur un compte et le nombre d’abonnés cumulés sur un autre.
Nous tentons de renverser nos vies pour nous voir grandir au sommet de nos rêves et nous pensons encore trouver quelque chose de mieux à dire que notre voisin, alors qu’en vérité on s’en inspire.
On en regarde certains, patiner dans une routine qui les fait marcher les bras ballants sans broncher, sans sourire, ni lever la tête. Et ils se regardent piétiner leurs rêves.
Mais de l’autre côté, on s’extasie devant des personnalités qui ont su, jadis, nous apporter quelque chose d’assez fort, innovant et imprévisible pour en dessiner notre caractère.

Ce sont eux qui façonnent le monde…

Vous souvenez-vous de cette époque où les femmes portaient leur chapeau bien garnis qui pesait sur leur tête, leur corset trop serré qui les étouffait en fin de journée au point d’en faire des malaises, et leur robe trop longue et trop volumineuse pour pouvoir marcher librement ? Ces moments où la femme n’était pas encore libre dans ses mouvements, et devait choisir ce qu’elle mettait dans son assiette en fonction de combien elle supporterait la pression du corset sur sa taille ? Ces moments où elle devait être assistée de deux autres personnes pendant de longues heures pour se préparer le matin ? Ou encore ces moments où elle devait aller aux toilettes, juste après s’être préparée ? Comment faisait-elle ?
Et Coco Chanel créa La Femme.
Bouleversant tous les codes bien définis qui ne faisaient qu’étouffer la femme, et qui l’avaient obligé à se montrer belle, ou plutôt se cacher sous toute cette parure, elle imposa un tout nouveau concept pour changer la vision du monde.
Longiligne, brune, parisienne au regard froid, libre et masculine mais toujours plus élégante que jamais, dans ses vêtements noirs, souples et linéaires, Coco Chanel réinventait la femme et tout un mode de vie pour celle-ci qui perdura jusqu’ici.
C’est ainsi que je conçois la mode encore aujourd’hui.

Coco Chanel a su conquérir le monde de la mode, mais il reste encore bien d’autres mondes à conquérir à présent y compris notre quotidien pour en faire un exemple même de ce que l’Homme pourra suivre plus tard, ou tout au moins, votre enfant.
Et je crois qu’en attendant, on peut nous-mêmes, encore une fois, suivre le bon exemple de Coco, qui se moquait pertinemment de son passé, ses peines ou ses échecs et qui fonçait simplement tête haute pour aller au bout de ses ambitions. Elle a su déjouer tous les obstacles que la vie lui montrait aux premiers abords (misères et abandon) pour tout ramener en sa faveur. Elle a su persévérer et ça je pense que c’était son plus bel atout, que n’importe qui peut avoir à tout moment, dès qu’il en prend la décision et qu’il s’attèle à ne jamais transiger envers celle-ci.

Le vrai bonheur ce n’est pas de ne rien faire, d’être en vacances, au chômage ou à la retraite. Le bonheur c’est obtenir ce qu’on veut parce qu’on a su être ce qu’on voulait et faire ce qu’on voulait, envers et contre tout, gagner sa vie, comme on gagne à un jeu, sans jamais tricher.
Bonne route à tous, vers le bonheur et le succès 🙂

Aurelie Laffont – La Brune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s