Lettre de Motivation

IMG_0062 Mlle Aurélie Laffont

Paris, le 08 juillet 2019

Objet : Lettre de Motivation

 

Madame, Monsieur,

Je ne veux pas travailler.

Je veux juste être tellement passionnée par ce que je fais chaque jour, que je n’ai plus l’impression de travailler. L’ennui c’est que j’ai choisi la musique et l’écriture pour seules passions (je mens, je suis aussi une passionnée d’amour).

Oui, il y a des jours où j’aurais préféré être normale.

Mais c’est quoi être normale au juste ?

C’est avoir un diplôme, travailler 35h, détester les Lundi, rentrer me poser, faire du shopping en ligne, boire le week end, me soigner aux médocs, faire du sport pour garder la ligne, manger jusqu’à devoir déboutonner mon pantalon, voyager, passer mon permis, ouvrir un compte épargne, tomber amoureuse de mon meilleur ami, faire des barbec’ entre potes, garder une relation comme par enchantement, acheter un appartement, faire des enfants et me marier avec l’argent de mes parents, aspirer à la retraite, mourir en silence, ni vue ni connue.

Moi j’y arrive pas.

Non, moi tout ce que je veux c’est avoir un job qui me passionne tellement que j’en oublie le sens du mot travailler.

C’est ça pour moi être normale. Venir comme je suis et œuvrer pour une cause qui me passionne.

Et comme j’ai un loyer à payer (la seule chose à peu près normale qui me soit arrivée dans ma vie), si je peux aspirer à un salaire décent en contrepartie alors je dis oui !

Souhait de poste : Rédactrice Web dans un secteur créatif et dynamique

Qualités : organisée, concentrée, autonome, observatrice, passionnée…

Défauts : timide au premier abord (plus bavarde à l’écrit qu’à l’oral), mauvais sens de l’orientation, retard estimé à 5 min le matin…

Je n’ai aucun diplôme à mettre en avant, juste mon expérience et mon envie d’aller plus loin.

Belle journée et à bientôt,
Mlle Aurelie Laffont

 

Publicités

Le Regard

Le Regard

Processed with VSCO with b1 preset

« D’habitude je les regarde, c’est vrai je les matte. Je les cherche, je les alpague. Je drague un peu parfois quand le vendredi soir me monte à la tête.

Mais toi, c’est pas pareil. Quand je te regarde c’est parce que je te vois vraiment. Je sais que tu es là, que tu m’as vue et qu’on s’écoute. C’est presque trop simple…

C’est simple en fait : il n’y a rien d’autre entre toi et moi que nos regards en pleine face. Ils transcendent l’espace qui nous sépare, le temps qui fuit et la vie qui nous entoure pour nous dire ‘eh je suis là’ et puis ‘eh je t’ai vue’.

Ça fait peur. Ça fait trembler nos petits cœurs qui n’ont plus l’habitude de tout ça en ces temps où tout va beaucoup trop vite. Si vite qu’on n’a plus le temps pour l’amour, on préfère aller boire des coups ou tirer des coups, toujours en quête de sensations, d’adrénaline, de dopamine, de déconnexion et d’amusement éphémère.

Nous quand on se regarde on a besoin de rien d’autre. Juste de ça. Juste nous. Sans artifice. Sans essayer de plaire. De faire comme ci ou comme ça. De dire cette phrase parce qu’on a l’air plus cool en la disant. De répéter certains gestes pour paraître intéressant. Non, tout ça c’est pas pour nous.

Nous quand on se voit, on sait. On sait qu’on va s’apprécier pendant longtemps. Peut être moins longtemps que ce que j’espère. Mais intensément ça c’est sûr. Parce que le regard ne ment pas. Et avec toi c’est si doux, si paisible que je m’y sens comme à la maison.

L’ennui c’est que ton regard s’éteint chaque fois qu’elle revient. Parce que c’est vrai, elle était là avant et ce regard elle le connait mieux que moi, mieux que personne.

Alors promis, désormais quand je te croiserai je fermerai les yeux. Littéralement. »

Aurélie Laffont

 

‘Walking On My Way’

Pochette WOMW

Oui c’est vrai, il fait un peu froid, mais heureusement j’ai de quoi vous faire bouger votre corps sur le rythme entêtant de « Walking On My Way » pour vous réchauffer le temps le temps de quelques minutes (ou plus, s’il vous reste dans la tête).

C’est simple ! Si vous ne l’avez pas encore écouté, vous pouvez le télécharger sur iTunes, Deezer, « >Spotify, mais aussi sur Google Play, Amazon Music, et bien d’autres plateformes. Ensuite, ajoutez-le à vos favoris et n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux pour que d’autres puissent le découvrir. C’est rapide et gratuit (si vous avez déjà un abonnement à l’une de ces plateformes) ou seulement 0,99€ si vous préférez l’acheter sur iTunes ou Google Play.

Et plus vous serez nombreux à le faire, plus ce titre prendra de l’ampleur 🙂

A très vite pour la suite :*

Aurélie L

Rester enfant…

Je crois bien que je ne grandirai jamais…

FullSizeRender (6)

Je suis sans cesse éprise par l’envie de m’exprimer partout et n’importe comment, comme un enfant insolent. Je regarde la vie, les détails insignifiants, et je m’y attarde, je m’en inspire.

Mes passions s’invitent peu à peu dans le tumulte de ma vie…

Et si je ne vis pas encore de mon art, en attendant, je vis pour l’art.

Séduire en chantant, m’amuser en écrivant, bouder en photo, aimer en dansant, rêver en peinture…

Je laisse l’inspiration venir, et frapper à ma porte, même à des heures indécentes et je la laisse s’installer, et s’accaparer de tout mon être pour vous offrir tout ce que j’ai à vous donner.

Tout ça pour vous dire que je me mets aux claquettes !

Je plaisante !

Je m’essaye simplement au dessin, depuis quelques semaines, sur le petit écran de mon téléphone, et j’y prends goût. Rien de très sérieux, mais je fais ça pour le plaisir et j’avais envie de le partager un peu avec vous 🙂

A part ça, la musique continue ! Je continue à composer de nouveaux titres et prends le temps de vous concocter un nouvel EP en anglais 😉

D’ailleurs, j’en profite pour vous annoncer que mon prochain concert aura lieu vendredi 8 septembre, à L’Etage, dans le 10ème, à Paris, à 21h. Vous y êtes tous conviés ❤️

Sur ce, je vous laisse, en dessin…

PS : j’ai créé un compte Instagram afin de continuer à partager mes créations avec vous ! Suivez-moi sous le nom de My Little Illustration 😉

IMG_1055

La Tourisienne : Touriste Parisienne

Définition du jour : La Tourisienne

img_2198

 

La Tourisienne est défini comme étant une parisienne endurcie qui devient soudainement touriste dans sa propre ville. Une touriste parisienne.

C’est cette femme que vous croisez tous les matins, dans les transports en commun et qui vit depuis 10 ou 20 ans dans la capitale, mais qui est tellement accaparée par son quotidien qu’elle n’a plus le temps de se promener et visiter la ville.

C’est cette femme qui ne connaît pas le nom des rues, quand vous cherchez votre chemin (la rue que vous cherchez étant celle adjacente à son adresse de domicile).

Cette femme pour qui « Châtelet » n’est qu’une station de métro, ou pire : une correspondance, avec ces fameux couloirs interminables.

Cette femme qui n’est même jamais montée tout en haut de la Tour Eiffel (si, si je vous assure) et qui sort à la station Champs Elysées Clémenceau en étant persuadée qu’elle arrivera directement devant les grands magasins.

Cette femme qui ne s’est jamais encore rendu à Montmartre ni en montant les marches ni en prenant le funiculaire.

Cette même femme qui s’extasie comme une touriste à Paris, quand vous la sortez finalement le week-end, et qu’elle découvre qu’on peut visiter l’Opéra Garnier.

Cette femme qui vous demande de la prendre en photo, tous les 10 mètres, quand vous vous promenez avec elle dans le Marais, et qui s’exclame à tout va : J’adoOore Pariiiis ! ! !

Si vous reconnaissez quelqu’un de votre entourage (ou que vous vous êtes vous-même reconnue) en lisant cet article, alors sachez que le seul remède à cette situation est : SORTIR.

Sortez sur un coup de tête. Changez d’itinéraire. Visitez les monuments de la capitale. Partez à la découverte de nouveaux bars insolites et apprenez le nom des rues. Sortez. Vite. C’est urgent. Vous avez tout un monde à découvrir, à commencer par Paris.

Allez, pour vous aider un peu, parce que j’ai moi-même longtemps été dans cette situation inconfortable dans le passé, je vous donne quelques idées de Bars insolites à Paris que j’ai testé et approuvé :

  • Le Zéro de Conduite : Buvez vos boissons (non-alcoolisées de préférence) dans un biberon et jouez à des jeux de société en même temps. Quartier : Saint-Germain-des-Près. Tarifs cocktail à partir de 8€.
  • Le Lavomatic : Entrez dans une laverie qui a l’air tout à fait ordinaire… Derrière une des portes des machines à laver se cache votre bar. A vous de trouvez laquelle vous y donnera accès. Quartier : République. Tarif à partir de 8€.
  • Le Pavillon des Canaux : Entrez dans ce pavillon en bord de Seine et buvez votre boisson comme à la maison, même dans la baignoire,+ si vous le souhaitez ! Quartier :  La Villette. Tarifs à partir de 6€.
  • Le Pop In : Et si vous voulez de la musique, le Pop In vous sert du Rock, de la Pop…etc. et c’est même scène ouverte le dimanche soir ! Quartier : Bastille. Tarifs à partir de 5€.

Bon, la liste est courte, mais n’oubliez pas que toute la magie de Paris c’est de découvrir les choses par hasard… 😉

A très vite,

Aurélie – La Brune

Comment séduire en 2019 ?

IMG_5391

 

Messieurs, aujourd’hui, si une femme se présente à vous, perchée sur ses talons hauts, en tailleur, avec du rouge à lèvres, ne tombez pas dans le piège : elle ne veut que votre argent.

Ce type de femmes, qui se déguisent encore ainsi, sont des cas particuliers, que vous croisez, un peu tous les jours…

Dans le cas N°1 : il s’agit d’une professionnelle (oui, une prostituée), dans le cas N°2 : elle vient passer un entretien d’embauche, dans le cas N°3 : c’est une commerciale

De la même façon, que si, vous, mesdames, vous croisez un homme bien vêtu, qui vous ouvre votre portière et vous raconte un peu sa vie, tout en étant à votre écoute, ce n’est rien d’autre que votre chauffeur Uber.

Désolée de casser tous vos espoirs, mais la femme exemplaire, n’existe plus, et le Prince Charmant non plus.

Nous sommes actuellement en 2019, et sur le plan de l’amour, cela signifie beaucoup de changements :

  • les hommes ne nous tiennent plus la porte. Ils passent devant nous, en nous ignorant, sauf si on porte une mini jupe, un top transparent rien, en fait.
  • les femmes ne font plus la cuisine, elle commande Japonnais
  • les hommes ne font plus de bricolage, ils regardent la télé
  • les femmes ne font plus le repassage, elles regardent aussi la télé
  • les hommes ne se rasent plus, mais ils portent des talons de temps en temps
  • les femmes ne se rasent plus non plus et elles portent des baskets, la plupart du temps
  • les hommes ne nous draguent plus, ils sont sur leur smartphone
  • les femmes draguent, ouvertement, mais uniquement au bar, ou sur Tinder

Les temps ont changé…

Donc comment faut-il s’y prendre, quand nous sommes une femme, à notre époque, et que nous voulons séduire un homme qui nous plaît sincèrement ?

Faut-il le draguer en lui disant « eh m’sieur, t’es bon » ? Non. Trop direct.

Faut-il lui sourire, puis l’ignorer, juste après, chaque fois qu’il croise notre regard, en attendant qu’il fasse le premier pas ? Trop long. Voire, inutile.

Faut-il devenir sa pote, au risque de tomber dans la Friendzone ? Pourquoi pas, mais attention à ne pas dépasser certaines limites : ne pas roter, ni péter devant lui, ne pas avoir plus de muscles que lui, et ne pas être plus drôle que lui (oui l’égalité ça va, mais jusqu’à un certain point).

Faut-il l’inviter à boire un verre, mais le laisser payer l’addition ? Non. Dans ce cas, autant tout payer vous-même, en bonne Gentlewoman que vous êtes.

Faut-il le suivre discrètement, jusqu’à chez lui, et rentrer dans son appartement, par inadvertance en lui disant « oh je suis désolée, je me suis perdue », avec un accent danois, et attendre qu’il nous ai baisée plus de 3 fois pour lui dévoiler ensuite nos sentiments et notre véritable accent ? Psychopathe.

Faut-il lui dire, cash, que vous ne voulez pas vous marier, que vous ne voulez pas d’enfant et que vous gagnez plus d’argent que lui, tout en crachant un gros mollard à ses pieds, juste pour qu’il se sente en sécurité ? A méditer.

Que faire, dans le tumulte de cette société ? Que faire ?

(ne pensez-pas que j’ai les réponses sinon je ne poserais pas la question)

Comment savoir s’il faut prendre les devants ou bien rester en retrait, face à cet homme qui nous plaît ?

Tout dépend de l’homme en question :

S’il est un peu timide, dans les deux cas nous sommes baisées (rien, nada, quoi). Soit nous aurons l’air trop avenante, il prendra peur, puis fuira. Soit nous nous ferons plus discrète, pour le laisser s’avancer, jusqu’à nous rendre compte que cela n’aboutit à rien du tout.

Si, au contraire, il est du genre à aller vers les autres, le beau mec qui amuse facilement la galerie…etc. et que, par chance, il est célibataire, alors courrez. N’attendez pas, qu’une autre fille se présente sous son nez. Mais attention : ne pas l’étouffer, ne pas lui faire de l’ombre, ne pas aller trop vite, ni trop lentement (au lit). Soyez parfaite, mais pas mieux que lui. Je vous l’accorde, c’est sportif !

Par contre, s’il est du genre à vous draguer directe, avant même que vous n’ayez dit quoique ce soit, et qu’il vous dit exactement ce que vous désirez entendre, alors sauvez-vous. C’est un professionnel.

Bon, maintenant, si vous pensez que mes conseils ont été inutiles, c’est parce que je suis absolument nul en matière de séduction. Je ne sais pas draguer, et toutes mes relations amoureuses sont arrivées par accident, alors que je n’étais pas préparée (même pas épilée, c’est vous dire).

Donc je n’ai qu’un seul conseil à vous donner : soyez-vous même. Parlez avec cet homme et vous verrez bien ce qu’il en découlera. Chacun est différent, alors ne vous arrêtez pas à des préjugés ou à des conseils bidons. Voyez par vous-même. Soyez intéressée. Observez le, et écoutez-le. Si tout se passe bien, il en ferra de même à votre sujet. Qu’il soit timide, tombeur, ou qu’importe, du moment que vous êtes bien avec lui, tout se fera assez naturellement.

Et si cela coince, alors apprenez à connaître d’autres hommes. Il y en a tant.

Avec tout mon amour,

Aurélie L

Les Couples.

Les Couples.

fullsizerender-3

Quand tu es célibataire (et que tu t’appelles Aurélie), tu passes plus de temps à observer comment les couples fonctionnent, s’ils sont heureux ou non, s’ils vont durer, s’ils s’écoutent vraiment, et s’ils se complètent bien… tu prends des notes, plutôt que de chercher à séduire. Parce que, tout ce que tu veux trouver, c’est l’amour, le vrai. Et tu ne veux pas te tromper.

Quand je regarde cette photo… une femme souriante, au bras d’un homme fier… Je me demande vraiment comment ils ont fait pour tenir aussi longtemps.

Comment ma grand-mère a-t-elle fait pour supporter mon grand-père, si longtemps ? Comment a-t-il fait pour la supporter si longtemps ?

Déjà, à cette époque, je me dis qu’ils devaient s’aimer (vraiment beaucoup) pour ne pas se poser la question. En 70 ans d’amour, ça en fait des engueulades et des bisous,  pour élever 4 enfants, puis accueillir 8 petits-enfants, chaque été, et enfin avoir la chance de rencontrer 4 de leurs arrière-petits-enfants, avant de nous quitter.

Je me demande à quoi ressemblerait mon couple, à moi, plus tard… S’il sera assez fort ou si je serai assez patiente pour que cela dure longtemps. Je veux dire, très longtemps.

J’essaye de m’imaginer… Faire des concessions, pour une durée indéterminée. La patience pour la cuisine, la vraie. Le sommeil léger. Lui qui ronfle. Plus de couette. Plus de place. Et des mômes qui viennent t’extraire de ton lit, à 3h du mat, parce qu’ils ont faim. Puis, un second réveil brutal, quelques heures plus tard, pour préparer le café et repasser la chemise de Monsieur, avant de partir travailler. Et rebelote le mardi. Le mercredi. Le jeudi. Le vendredi. Et s’il faut, même, le week-end. Quelques années durant. Et plus, si affinité.

J’observe mes amis, les jeunes couples de mon entourage à qui je rends parfois visite, et je me dis que c’est possible. Je me dis qu’une femme a beau être chiante, qu’un homme a beau être bordélique, l’amour est là, et il perdure.

Je les regarde s’aimer, s’embrasser, se gueuler dessus, se pardonner, se fusiller du regard, se balancer des vannes, ou des assiettes (quand la tension monte dans la cuisine), puis s’aimer à nouveau, se faire des bébés, se taper des fous rires, se taper des déménagements, se ruiner, se taper les gosses le samedi, et ikea le dimanche, s’essouffler, se soutenir, se relever, s’aimer encore, s’aimer autant qu’avant, mais toujours plus longtemps. Et ils sont heureux.

Parfois, ils me rappellent un peu mes grands-parents… Et je me dis que, parmi eux, il y en aura qui deviendront aussi des exemples de couples qui s’aiment jusqu’au bout, envers et contre tout.

Et j’avoue, j’espère un jour, à mon tour, faire partie de ces beaux exemples, pour mes propres petits-enfants… Même s’il faut faire des concessions, au passage.

Love,

Aurélie L

 

 

 

La Saint-Valentin pour tous

La Saint-Valentin pour tous…

img_3003

Bah oui, c’est le sujet du moment, alors faut bien que je vous en parle un petit peu !

Après quelques années d’expérience de célibat, et de Sans-Valentin, j’aimerais vous donner une idée de ce que représente cette fête, à mes yeux.

Il y a divers points de vue qui s’opposent ou se rejoignent, sur le sujet de l’amour, quand on prononce le nom de cette fête, et pourtant j’ai l’impression que le mot « amour » perd, chaque fois, un peu plus de son sens originel.

Alors à tous ceux qui disent que c’est une fête commerciale mais qui achètent quand-même. Ceux qui disent qu’ils n’ont pas besoin de cette date pour se rappeler qu’ils sont amoureux, et qui d’ailleurs sont les premiers à oublier cette date. Ceux qui pensent qu’ils doivent être absolument en couple avant cette date fatidique, pour ne pas se retrouver seuls. Ceux qui se retrouvent quand-même seuls. Ceux qui disent que c’est ringard. Ceux qui pensent que c’est ringard, mais qui le font pour faire plaisir à leur femme. Ceux qui ne cherchent plus l’amour depuis longtemps. Ceux qui l’ont trouvé. Ceux qui n’y croient plus. Ceux qui n’essayent plus. Ceux qui en ont marre des fêtes, parce que leur porte-monnaie ne suit plus. Et tous ceux qui n’en parlent jamais parce qu’ils ont « d’autres choses à faire ».

A vous tous, j’aimerais vous rappeler que l’amour est un sentiment que l’on peut également éprouver dans divers aspects de notre vie, et sans limite, car il est universel

Une passion, une famille, des parents, des amis, des voyages, de la musique… il y a de l’amour dans tout ce qu’il y a de meilleur à partager.

Parce que c’est quoi l’amour, en fait ?

La première définition que j’ai trouvé dans le Wiktionnaire est celle-ci :

  1. Sentiment intense et agréable qui incite les êtres à s’unir.

Plutôt simple non ? Et si, au passage, ça peut guérir, faire des miracles, vous faire sourire un instant… si ça peut sauver des vies et si ça peut même recoller les morceaux entre des partis ou des nations opposés… alors tous les prétextes sont bons pour célébrer cela, car ça n’a pas de prix.

Que vous soyez célibataire, en couple, ou veuf(ve), continuez d’aimer jusqu’à, pendant et après la Saint-Valentin et aimez plus largement et plus longtemps que jamais, car on en a tous besoin.

Avec tout mon amour,

La Brune

Ps: si quelqu’un veut m’envoyer des fleurs, des Pivoines s’il-vous-plaît (bon courage pour en trouver en hiver et bon courage pour trouver l’adresse 😉

Place au ciné !

Place au ciné !

annex%20-%20chaplin%20charlie%20modern%20times_01

En ce moment j’ai soif de films. Je vais au cinéma chaque fois qu’il pleut. Quand il fait un peu trop froid pour sortir de ma couette, je regarde des chef-d’œuvres pour la centième fois, sur le petit écran de mon ordinateur, et quand je ne regarde pas de film, j’en écris dans ma tête…

J’ai donc décidé de partager avec vous cette obsession, en écrivant un article à ce sujet. Attention, c’est contagieux, donc soyez prêts à passer vos soirées au Cinéma ou enfermé chez vous, devant votre écran.

C’est parti !

Voici, selon moi, les 4 films à aller voir en ce moment au cinéma :

passengers-affiche

PASSENGERS : si vous n’êtes pas encore allé le voir, dépêchez-vous. Il allie judicieusement la science-fiction et le romantisme. Il est à la fois planant et réaliste. Il vous fait ressentir des émotions et sensations encore jamais vécues… mais qui sait ce que demain nous réserve ?

 

thnw7rjzsg

BEAUTE CACHEE : c’est beau, c’est triste, c’est inspirant, c’est déprimant. Je sais pas trop. On en ressort un peu déboussolé mais c’est à vous de prendre le meilleur de ce film car il y a de très beaux messages.

 

dalida-affiche

DALIDA : J’avoue que je ne l’ai pas encore vu. Mais, moi pour avoir envie d’aller voir un film à tout prix, je me base sur 3 critères : 1) Est-ce que l’affiche a attiré mon attention dans la rue ou dans le métro ? ; 2) Est-ce que les acteurs ou le réalisateur me parlent ? ; 3) Est-ce que les premiers plans de la bande-annonce m’ont effectivement donné envie de voir ce film ? Eh bien, j’ai eu un coup de cœur pour ce film avant même d’aller le voir donc c’est plutôt bon signe. Reste plus qu’à trouver quelqu’un pour y aller avec moi !

 

lalaland

LALA LAND : Bon là, ça a été simple pour décider : 1) ça parle musique ; 2) Ryan Gosling ; 3) toutes mes potes veulent aller le voir

 

Et pour ceux qui ont la flemme d’aller au ciné, j’aimerais vous citer quelques films que je regarde selon mon inspiration du moment (attention, âmes sensibles, sortez les mouchoirs) :

amelie-poulain

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain : quand j’ai soif de Paris, mon amour.

coco_avant_chanel

Coco avant Chanel : quand je veux de la mode, de l’audace et de la ténacité

la_mome

La Môme : quand je veux croire que tout est possible malgré d’où tu viens

maxresdefault

Ps : I Love You : quand j’ai envie de pleurer

3102106093_1_3_co8fiw2z

N’oublie jamais : quand je veux me rappeler que l’amour est éternel

age-of-adaline-movie-poster-629x950

Adaline : quand je veux me rappeler que je suis éternelle

mip

Midnight in Paris : quand moi aussi je rêve d’une autre époque

Bon, j’avoue, ça pue la romance tout ça, mais je profite de mon célibat, parce qu’après mes choix cinématographiques risques d’être un petit peu compromis… 😛

Bon visionnage !

La Brune

L’Amour…

L’Amour…

fullsizerender

Oui, c’est vrai, on parle souvent d’Amour… on court après, on se le dispute, on le convoite, on joue avec, on le partage, on le donne aveuglément, on le vit le temps d’un soir, on le trahit, on le déteste, on n’y croit plus, on le bannit à tout jamais, on le pleure, on le ressent ou on le perd, mais ça revient toujours…dans les films ou dans les chansons, parfois même dans votre propre vie. Ca revient toujours mais on ne sait jamais vraiment pour combien de temps… Tout ce qu’on sait, c’est que c’est aussi fort que fragile à la fois, et qu’il n’est pas toujours là, au bon moment, ni au bon endroit.

Moi, aujourd’hui, si j’étais l’Amour… je viendrais frapper à ta porte, à l’improviste. Je m’incrusterais de bon matin, dans le wagon d’un métro, entre deux passagers inconnus. Je ne chômerais jamais (même le lundi). Je me baladerais dans les rues, pour sourire au premier venu. Je me blottirais dans tes bras, quand tu frôleras la solitude. Je t’insufflerais des mots doux, pour dissiper tes tourments. Je me cacherais derrière un mur pour te donner l’envie de me retrouver. Je serais partout et nulle part à la fois, que tu crois en moi ou non. J’irais même encore plus loin, pour te surprendre. Je tâcherais de toujours gagner contre l’adversité. Je te demanderais pardon pour toutes les trahisons passées. Je te suivrais dans les moindres recoins de ta vie pour mieux t’appartenir, et te laisserais m’apprivoiser pour ne jamais me laisser fuir à nouveau.

Aurélie L (avec beaucoup d’amour)