Dans les coulisses de ma vie

« Bienvenu dans les coulisses de la vie d’Aurélie Laffont :

img_6328

Aurélie c’est pas qu’une histoire de petits seins et d’amourettes aux oubliettes. C’est bien plus que ça…

Oui c’est vrai, Aurélie c’est 52kg tout en longueur, des idées et des chansons pleins la tête, des cartes postales de Paris, des vieux disques et de la musique collectionnés dans un coin de sa chambre, quelques centaines de photos affichées publiquement sur Instagram ou sur Facebook, le parfum Cinéma YSL, mais seulement pour les grandes occasions et un Chai Tea Late quand elle a froid. Mais Aurélie c’est beaucoup d’autres choses qui ne tiennent pas le temps d’une chanson ou d’un article…et c’est aussi un quotidien un peu particulier dont je vous fais part, ici, dans les coulisses de sa vie :

Elle se lève tous les matins à 7h20, après que son réveil ait sonné déjà 5 ou 10 fois.

Elle se réveille en douceur avec un petit bol de lait d’amande.

Elle enfile ensuite des escarpins pour compléter son uniforme noir, s’occupe de ses cheveux plats en essayant tant bien que mal de leur donner du volume, tout en prenant son temps.

Normalement elle est sensée mettre du rouge à lèvres et s’attacher les cheveux, comme stipulé dans le contrat d’hôtesse d’accueil qu’elle a signé il y a plus d’un an, mais elle a fini par se rebeller un peu là dessus, parce qu’elle en a marre de rentrer dans une case.

8:10, elle arrive sur le quai du RER C. Elle vient de rater le train et le prochain est à 27. Juste pour avoir une bonne raison d’écouter un peu plus longtemps sa playlist, qu’elle connaît par cœur.

8:34 elle arrive à son bureau. Le calme règne, et ce, pour encore longtemps. Après avoir pointé, il est temps d’allumer son ordinateur. (Ça paraît presque ennuyant comme quotidien mais attendez la suite 😉 Elle traite les 2-3 mails qu’elle a reçu la veille après 17h30 et là, enfin, sa journée peut commencer.

Elle fait des plans. Elle fait des listes. Elle réfléchit. Elle a une idée. Puis une autre. Elle coche des choses déjà faites pour en rajouter de nouvelles. Elle écrit, des paroles, des romans, sur le coin d’une feuille, ou d’un écran, elle passe quelques coups de fil, elle apprend des tas de choses et elle dépense tout son frique sur internet, quand il s’agit de musique (comme le ferait une accro du shopping) en attendant que sonne 17h30.

De retour du travail, elle passe chez elle en coup de vent, le temps de saluer sa soeur, embrasser sa nièce, son neveu (ses colocataires préférés), gratter deux-trois accords sur sa guitare, changer de tenue, et se remaquiller, comme pour marquer le début de sa deuxième journée.

Ensuite elle court après le temps, pour rejoindre des potes à un concert, ou pour rejoindre son public, quand c’est à son tour de monter sur scène.

Quand il ne pleut pas, elle en profite pour arrêter les passants dans la rue, échanger quelques mots avec eux au sujet de la musique et les inviter à écouter ses chansons sur iTunes, Deezer et Spotify…

Puis, quand c’est l’heure de rentrer, elle compose des mélodies dans sa tête, elle tapote de nouvelles notes sur son iPhone, le temps d’un trajet en métro.

Elle rêve, elle s’inspire, elle se promène, elle écoute de la musique, elle tombe amoureuse quand l’amour est impossible mais elle ne se laisse pas trop distraire parce que, par expérience, elle sait que ça ne vaut pas la peine, à ce stade là de sa vie. Elle a tant d’autres choses à faire, à penser…

Et le reste : l’amour, le sexe, la pilule, le mariage, le prêt immobilier, les beaux-parents, l’accouchement, le bébé qui pleure, le format familial dans les rayons du supermarché, la nouvelle voiture plus grosse que celle des voisins, et les devoirs des enfants… tout ça, ça viendra plus tard.

Parce que la seule chose qui la préoccupe dans sa vie, depuis son réveil jusqu’au moment où il est temps d’aller dormir c’est : comment lancer sa carrière artistique et vivre de son art ? Toucher les gens à coups de proses et leur faire voir la vie en rose. C’est tout.

En attendant, elle se fiche de vivre à moitié, en colloc, chez sa sœur, sans mec, sans études, sans suivre la mode, et parfois même sans dormir et sans manger, quand l’inspiration arrive sans prévenir et sans regarder l’heure.

#insouciance

Aurélie L

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s